Mazarine Pingeot, qui joue les effarouchées-révulsées à la simple idée de devoir croiser Eric Zemmour, est la fille de cet ancien président de la république nommé Mitterrand qui fut un ami proche de René Bousquet (organisateur principal de ...
‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ 

 

Le blog d'un grincheux grave - 5 new articles




 
 
 

Mazarine exclut Zemmour

Salon du livre Cabourg-1
Mazarine Pingeot
, qui joue les effarouchées-révulsées à la simple idée de devoir croiser Eric Zemmour, est la fille de cet ancien président de la république nommé Mitterrand qui fut un ami proche de René Bousquet (organisateur principal de l'horrible rafle du Vélodrome d'Hiver de juillet 1942), décoré de la francisque à Vichy par Pétain, puis ministre entouré d’anciens pétainistes déclarés.
 
Nous pourrions aussi parler du maire de Cabourg qui s'est couché devant les exigences de la fi-fille à Mitterrand, car je suppose qu'il a pris cette décision d'exclusion au nom d'une exigence de moralité élevée. Son nom : Tristan Duval.
 
Accusé par son épouse de violences conjugales aggravées, Duval comparaît devant le tribunal correctionnel de Caen, est condamné le 21 novembre 2018 à trois mois de prison avec sursis pour violences sur conjoint. À l'issue de ce jugement, deux pétitions réclament la démission de Tristan Duval. En un mois, elles recueillent 5 000 signatures puis atteignent près de 80 000 en juin 2019. Sa condamnation à trois mois de prison avec sursis est confirmée en appel le 18 juin 2021. Tel est le personnage.
      
 

Fact-checking

Gabrielle Cluzel : «J’ai été dérangée par les fact-checkers. C’est dérangeant d’avoir quelqu’un qui arrive en disant "Je suis parole d’évangile, voilà la vérité". Les soviétiques en avaient fait un journal, la Pravda.»
Gabrielle Cluzel - Fact checking
Moi, je suis dérangé par l'usage, qui se généralise, du terme "fact-checking".
D'abord parce que nous pourrions faire un petit effort pour façonner un équivalent en langue française.
En second lieu parce que les rares tentatives de francisation aboutissent à des choses comme "vérification des faits", où le terme "vérification" est correct, mais où, à mon sens, il ne s'agit pas de VÉRIFIER DES FAITS, mais des déclarations, des allégations.
 
Quand un Zemmour parle en cours de débat sur BFM-TV de "50 milliards € de fraude" et que la prétendue cellule de 'fact-checking' de la chaîne macroniste vient dire que ce n'est pas 50 mais 1 milliard, elle ne fait pas du tout acte de "vérification de faits", ni de vérification d'ailleurs, puisqu'elle se contente d'aller chercher dans les allégations ou écrits d'autres personnes pas forcément plus fiables que Zemmour.
 
Et se rappeler que BFM-TV avait elle-même annoncé sur ce point une fraude de 14 à 45 milliards cinq jours plus tôt... incapables de se fact-checker eux-mêmes, les minables !
 
En résumé, avec l'exemple précédent :
- "vérification" (checking) = pas applicable
- "faits" (fact) = pas applicable
- "foutaises" (bullshit) = applicable